Antoine de Saint-Exupéry
Pierre Chevrier
Gallimard, Paris 1949

L'édition originale de cet ouvrage publié sous les auspices de l'association « LES AMIS DE SAINT-EXUPÉRY » a été tirée à cent vingt-neuf exemplaires, savoir: cent cinq exemplaires sur vélin pur fil Lafuma Navarre, dont cent numérotés de I à C et cinq, hors commerce, marqués de A à E; vingt-quatre exemplaires, sur alfama Marais, hors commerce et réservés aux membres de l'association « LES AMIS DE SAINT-EXUPÉRY », numérotés de 1 à 24.

 

AVANT-PROPOS

Des relations qui s'établissent entre l'ensemble d'une œuvre littéraire et le public, naît une figure qui ressemble à celle de l'auteur selon l'accord plus ou moins profond de sa pensée et de sa vie.

Saint-Exupéry est parmi les contemporains un des seuls qui ait toujours validé par des actes les convictions qu'il exprimait. Son effigie populaire est de ce fait fort ressemblante à son visage réel.

Durant sa vie, Saint-Exupéry appartenait à la légende. Depuis sa disparition son image s'éclaire de la lumière de l'éternité.

Paladin, « poète volant » ou — selon les Américains — « Conrad de l'air », aucune de ces appellations ne le trahit, mais aucune ne peut le contenir. Une formule ne saurait saisir un esprit aussi complexe et à la fois aussi homogène que le sien. Dans son univers solidement construit, aucune proposition ne restait à l'abandon, mais au contraire se reliait à une structure dont l'ensemble formait un système conceptuel parfaitement cohérent.

Cette biographie ne prétend pas en faire l'analyse ni la synthèse. On peut éclairer les multiples apparences d'un individu sans qu'elles se relient par « ce nœud divin qui noue les choses ».

Elle n'est pas destinée à ceux qui ont eu le privilège de bien connaître Saint-Exupéry et d'être touchés par sa grandeur. Ceux-là savent que chaque souvenir particulier, chaque réminiscence réveille un tableau si vaste que toute description en fausse l'unité.

C'est pourquoi, dans cette biographie, l'auteur s'est effacé, chaque fois qu'un document permettait de laisser Saint-Exupéry s'exprimer lui-même.

Bien qu'il n'eût rien à cacher, Saint-Exupéry a toujours voulu garder sa vie personnelle à l'abri de toute indiscrétion. Il méprisait l'irrespect qui désigne notre époque et qui sous le déguisement de la vérité dépouille l'individu pour n'en livrer que carcasse vide.

On ne trouvera dans cet ouvrage aucune révélation inutile à la compréhension de l'œuvre.

« Être tenté, c'est quand l'esprit dort de céder aux raisons de l'intelligence. »

Par son refus des honneurs passagers et faciles, Saint-Exupéry a évité toutes ces maladies politiques qui dans les temps que nous vivons sévissent sur les faibles ou les malins.

Beaucoup acceptent le risque de mort. Bien peu acceptent le risque d'être désavoué, retranché de la fête.

Son cœur d'enfant resté au service de son intelligence d'homme lui gardait une pureté incorruptible. Celui-là qu'émouvait aux larmes un simple appel de voix dans le silence du soir, par cette confirmation reçue qu'il y avait quelque chose à sauver, a désiré de toutes les forces de son amour fonder la communauté des hommes.

PIERRE CHEVRIER


Return