Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret se défend (Maigret on the Defensive)
4/27/09 –

1. Introduction

From the bio-/biblio-graphic point of view, this novel is interesting in a number of ways...

* First, it forms – and this is a unique case in the corpus - with the following novel, The Patience de Maigret, a sort of "diptych", since the story begun in this novel finds its epilog in the next, where we meet once more the two characters Aline Bauche and Manuel Palmari.

* Next, it's one of the only two novels (the other being The Little Saint) written in that year by Simenon, who had in 1964 a less prolific year from a literary viewpoint – No doubt we have to consider the fact of great activity in the author's personal life (moving into the house at Epalinges, various family events), but it's all the same rare for Simenon to only write two novels in a year, Maigret and non-Maigret taken together. Here, furthermore, is what he wrote in his Intimate Memoirs: "In July I wrote my first novel of the year 1964, the first at Epalinges, for it's my métier to write, I feel the need, having stayed too long unfaithful to my machine: "Maigret on the Defensive".

This novel is also interesting because its author evokes, once more, elements of the biography of his character... The Chief Inspector's age, the time of his debut as a policeman, with precise details – which is not always the case in the novels – permitting us to make a "chronological dating". Thus we learn in Ch. 1 that Maigret is 52, that he's been the head of the Crime Squad for 10 years, that he's been in the Police Judiciaire for more than 30 years, and that he is three years from retirement. Which, parenthetically, lets us perform an amusing calculation. It says in the novel that Dr. Mélan, now 38, was 14 at the time of the German invasion. That occurred in 1940, from which we deduce that the novel is set in 1964. Which leads us to say that Maigret himself was born in... 1914. Which leads obviously to a great contradiction with, among others, the novel Maigret's First Case, which is set in 1913...

Other elements of the personality of Maigret are taken up in the novel, including, for example, the little health annoyances of a Chief Inspector getting on in years, Maigret's relationship with drink, and his way of leading an investigation.

2. Streets of Paris

"The car ascended the Champs-Elysées, rounded the Arc de Triomphe, and went down Avenue Mac-Mahon, making a left on the Rue des Acacias." (Ch. 1)

"He returned home by Boulevard Beaumarchais and the Rue du Chemin-Vert." (Ch. 7)

If the Maigret novels have so much success and speak to us so well, it's not only because the principal character, the "hero", is granted a humanity so strong that it pushes us inevitably to sympathize with him, but also because this character is anchored, planted, embedded in a particular setting, this Paris, object of so many fantasies... The streets of Paris in which Maigret strolls in search of a truth, form an integral part of the framework of the novel, they are there as much as a background as to give a particular color to the ambiance in which the character evolves. And it's Simenon's power to succeed at evoking these streets with a simple mention of their name, without entering into a detailed description, so it's enough for a reader to read the words "Rue Rambuteau", "Rue du Chemin-Vert" or "Place Blanche" for his imagination to do the work of placing the Chief Inspector in the milieu of the scene...

Allow me to cite Michel Carly, in his work "Maigret, across Paris"...

"Simenon's Paris is not a scene, it's a breath, a tame and familiar presence. ... The Paris of the Chief Inspector is the geography of the writer, private, emotive, subjective, sensory. Poetics of space, emotional relationship... A Paris at once reinvented and simplified... Rarely have a city and a literary character been joined to this extent. The one identifies the other."

I'd now like to present a "mini-analysis" of the streets of Paris cited by Simenon in the Maigrets.

My analysis is primarily quantitative, others already having taken up a more semantic task (see this article already mentioned, and this one). For my analysis, I proceeded in the following manner: I counted, not the number of times the name of a street appears in the corpus, but the number of novels (I haven't included stories) where the name appears at least once, whether simply mentioned, or as a location of a part of the action of the novel. I found 317 street names, of which 154, nearly half, are only mentioned in a single novel, but which may nevertheless be an important locale in the novel in question (the, "Rue Saint-Dominique" where Count Saint-Hilaire lived in VIE, or "Rue Lhomond", the site of Mlle Clément's building in MEU, or "Rue Fortuny" the rendezvous house of Madame Blanche is found in VIN). 50 streets, some 16% of the total, are only mentioned in two novels (for example, "Rue Chaptal", scene of the action in PRE, is also mentioned in PAT; "Rue de la Lune", the site of Ernestine's first domicile in GRA, also mentioned in BAN as being the street where Thouret bought waffles). Below is a table which summarizes this analysis, in which are listed all the streets mentioned in at least three novels. (Note that I've taken into account in this analysis neither "Boulevard Richard-Lenoir", nor the "Quai des Orfèvres", because it seems to me that these two names are more symbols (Maigret's home and office) than truly descriptions of a street).

Street names and the number of novels they appear in (three or more)

If you were to ask a knowledgeable Maigretphile which street is most often mentioned in the corpus, it's possible that he'd answer, as a general rule, with a typical street in Montmartre. But here a surprise awaits us... the street mentioned in the greatest number of novels is... "Avenue des Champs-Elysées" (mentioned in 34 novels), this mythical symbol of Paris, which leads from the Place de la Concorde to the Arc de Triomphe. It's sometimes the location of a case (particularly in the great luxury hotels which line it, with among others the legendary Majestic), but it's also a place of passage to go to the "fine neighborhoods".

The second most often mentioned street (in 26 novels) is "Boulevard Voltaire". In fact, this one is most often mentioned as the street which leads from Maigret's home to his office; it's more a path than a place where something happens. We further note that this street isn't mentioned until the Gallimard period, and it's above all in the Presses de la Cité period that it's found, at the moment where, in the corpus, Maigret's home takes on more importance. We also note that that's where Dr. Pardon's house is, at least in certain novels.

The third most mentioned street (in 21 novels) is "Boulevard Saint-Michel". There too, it's more of a place of passage, which permits Maigret to go from the Quai des Orfèvres to the districts of the Left Bank. Boulevard Saint-Michel opens on Pont Saint-Michel, the bridge Maigret sees from his office. How often has he contemplated the movements of those crossing the bridge, and the Seine flowing below...

The next two streets are each mentioned in 19 novels, "Rue Lepic" and "Rue Notre-Dame-de-Lorette". This time we are truly in Montmartre, one of the favorite quarters for Maigret's investigations.

"Rue Saint-Antoine", bordering Place des Vosges, is mentioned in 18 novels. We find here another district in which Maigret often investigates, whether in one of the apartments of the Place des Vosges, or on one of the neighboring streets (the Steuvels affair, "Rue de Turenne" in MME, or the Poles of "Rue de Birague", for example).

Two streets are mentioned in 17 novels. On the one hand, "Boulevard Saint-Germain", emblematic street of the Left Bank, and on the other, "Rue Saint-Honoré", a street of deluxe shops which runs near Place Vendôme and leads to the Louvre.

We return to Montmartre with "Rue Caulaincourt" (mentioned in 16 novels), home to many of the young women encountered by Maigret (for example, Mlle Berthe in ber, Annette Duché in CON, Mlle Vague in HES), and the street which leads to Place Constantin-Pecqueur, dear to Inspector Lognon.

Mentioned in 15 novels, we have on the one hand "Rue Fontaine" (still Montmartre), a street of Pigalle night spots (like Manuel Palmari's, or Maurice Marcia's in IND, for example); and on the other, "Rue de Ponthieu", parallel to the Champs-Elysées, forming a sort of "behind-the-scenes" of the grand Parisian avenue.

We find next two streets mentioned in 14 novels, both leading to Pigalle: "Boulevard des Batignolles" and "Boulevard de Rochechouart".

We find next the historic center, with "Rue de Rivoli" (13 novels), bordering the Tuileries; then nearby, the intersection of Place de l'Etoile with "Avenue de Wagram" (12 novels); then back to Montmartre with "Rue de Douai" (11 novels), and "Rue Montmartre" (10 novels). Lastly, the district of Maigret's home, crossed by three streets mentioned in 10 novels, "Boulevard Beaumarchais", "Rue du Chemin-Vert" and "Rue Picpus".

To sum up, we can say that the streets most often cited in the Maigret novels group themselves in five main zones – Montmartre; the neighborhoods of Champs-Elysées and Place de l'Etoile; the Left Bank and Montparnasse; the "historic center" of Paris, between the 1st and 4th arrondissements; and the Bastille district, with the neighboring Boulevard Richard-Lenoir.

This observation is confirmed when we do an analysis of names of Places (squares) mentioned in the novels...

Names of Places (squares) by number of novels mentioned in

Of 34 names of Places cited in the corpus, we find in 19 novels "Place de la République" (which forms one of the corner streets of Maigret's home area), in 17 novels, "Place de Clichy" (Montmartre), in 16, "Place de la Bastille" (another corner of the Boulevard Richard-Lenoir quarter), in 14 novels "Place Blanche" (another "beacon" of Pigalle location), and "Place des Vosges" (for obvious reasons), then in 13 novels, "Place de l'Etoile" (at the end of the Champs-Elysées), in 11 novels each "Place Pigalle, and "Place Vendôme", in the heart of historic Paris and symbol of wealth with deluxe shops.

Thus, Paris, symbolic, mythical and Simenonian is raised in the evocation of some street names, of which the mention is enough for the reader, even if he's never been to this city, to make for himself a representation which should correspond to Maigret's image of "his" city, divided into quarters whose specifics match those of their inhabitants...

3. Reminiscences

Once more I'd like to end my text with a traditional little "reminiscence hunt":

  • "Through the open window, you could sometimes see the moon between two black clouds that it bordered for a moment with white." (Ch. 1); "A fat moon, rose-tinted, watched them walk." (Ch. 5)

    If Simenon excels at painting us little impressionistic scenes and colors of Paris sizzling under the sun, he also knows how to handle the brush of a Romantic painter in poetically describing a lunar landscape...

    "There was a great pool of moon in the middle of the basin." (REN)

    "the liquid silver of the moon" (amo)

    "Outside, the black night, with a ray of moonlight which underlined the romanticism of the sky charged with heavy clouds in place of light" (JAU)

    "To see the end of the roof and the road which emerged from the greenery in the pearly light of the moon." (DAM)

    "The sky, where clouds passed over a base bathed by the moon, had an ambiguous pallor." (OMB)

    "An enormous moon swam above the leafless poplars and rendered the sky so bright that the smallest branches were drawn, and the the Loire, beyond the bend, was but a swarm of silvery spangles."(MAI)

    "An enormous moon, more brilliant than usual, floated above the green dome of the Opéra" (MOR)

  • The scene in Ch. 1, where Maigret is summoned to the Prefect's office, where he uses his pipe as an instrument of protest, brings to mind a similar scene playoed out in the office of Judge Coméliau in Maigret and the Headless Corpse

  • Inspector Barnacle, who helps Maigret by taking photos of Nicole Prieur, reminds us a little, by his appearance, of Inspector Lognon

  • Lastly, Maigret's description as made by Nicole Prieur in her deposition: "a man... fairly big, broad shoulders, a massive face" must remind us of the "man with the broad shoulders" described in GAI. We note also the touch of humor in this description made by the author of his character, who himself is not lacking in making fun of himself, when he describes himself in Ch. 5, to Marcel Landry who asks him if he and Mme Maigret know how to dance. Maigret replies,

    "We both dance, yes! Yes... Does that surprise you?"
    "A little... I've never seen you on the dance floor, and your reputation..."
    "That of a fat oaf who always has a pipe in his mouth, pretty grouchy...
    "

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, April 2009

original French

Maigret of the Month - April: Maigret se défend (Maigret on the Defensive)
5/10/09 – Photos related to some of the action in Maigret se défend...


40 Bd de Courcelles, there is no number 42. In "Un échec de Maigret", Fumal is living at number 58, not far away.


Bd de Courcelles in front of Parc Monceau


Rue des Acacias.


a building on rue des Acacias.


Avenue Mac-Mahon with Arc de Triomphe in the background.


The Sorbonne.


The Sorbonne.

Jérôme

Maigret of the Month: Maigret se défend (Maigret on the Defensive)
4/27/09 –

1. Introduction

Du point de vue bio-biblio-graphique, ce roman est intéressant à plus d'un titre:

* d'abord, il forme – et c'est un cas unique dans le corpus - , avec le roman suivant, La patience de Maigret, une sorte de "diptyque", puisque l'histoire amorcée dans ce roman-ci trouve son épilogue dans le prochain, et qu'on y retrouve les deux personnages d'Aline Bauche et Manuel Palmari.

* ensuite, c'est un des deux seuls romans (l'autre étant Le petit Saint) écrits cette année-là par Simenon, qui connaît en 1964 une année peu prolifique du point de vue littéraire; sans doute faut-il y voir le fait d'une grande activité dans la vie personnelle de l'auteur (emménagement dans la maison d'Epalinges, événements familiaux divers); il est tout de même rare que Simenon n'écrive que deux romans par an, Maigret et non-Maigret pris ensemble. Voici d'ailleurs ce qu'il écrit dans ses Mémoires intimes: "En juillet, j'écris mon premier roman de l'année 1964, le premier à Epalinges, car c'est mon métier d'écrire, j'en ressens le besoin, suis resté trop longtemps infidèle à ma machine: «Maigret se défend»."

Ce roman est aussi intéressant parce que son auteur évoque, une fois de plus, les éléments de la biographie de son personnage: âge du commissaire, évocation de ses débuts comme policier, avec des détails très précis, ce qui n'est pas toujours le cas dans les romans, qui permettent de faire une "datation chronologique": ainsi, on apprend au chapitre 1 que Maigret a 52 ans, qu'il est depuis 10 ans à la tête de la Brigade criminelle, qu'il travaille depuis plus de 30 ans dans la Police judiciaire, et qu'il est à trois ans de la retraite. Ce qui permet, par parenthèse, de faire un amusant calcul: il est dit dans le roman que le Dr Mélan, âgé de 38 ans, en avait 14 lors de l'invasion allemande. Celle-ci s'étant passée en 1940, on en déduira que le roman est censé se passer en 1964. Ce qui nous mènerait à dire que Maigret est lui-même né en... 1914. Voilà qui mène évidemment en pleine contradiction avec, entre autres, le roman La première enquête de Maigret, qui est censée se passer en 1913...

D'autres éléments sur la personnalité de Maigret sont repris dans ce roman: entre autres, les ennuis de santé d'un commissaire qui prend de l'âge, le rapport de Maigret à la boisson, ou sa façon de mener une enquête.

2. Rues de Paris

"L'auto montait les Champs-Elysées, contournait l'Arc de Triomphe, descendait l'avenue Mac-Mahon, pour s'engager à gauche dans la rue des Acacias." (chapitre 1)

"Il rentra chez lui par le boulevard Beaumarchais et la rue du Chemin-Vert." (chapitre 7)

Si les romans de Maigret ont autant de succès et nous parlent autant, c'est non seulement parce que le personnage principal, le "héros", est doté d'une humanité si forte qu'elle nous pousse inévitablement à la sympathie envers lui, mais c'est aussi parce que ce personnage est ancré, planté, incrusté dans un décor particulier, ce Paris objet de tant de fantasmes... Les rues de Paris dans lesquels Maigret déambule à la recherche d'une vérité, font partie intégrante de la trame du roman, elles sont là aussi bien comme un arrière-fonds que pour donner une couleur particulière à l'ambiance dans laquelle le personnage évolue. Et c'est la force de Simenon de réussir à évoquer ces rues par la simple mention de leur nom, sans entrer dans une description détaillée, et il suffit au lecteur de lire les mots "rue Rambuteau", "rue du Chemin-Vert" ou "Place Blanche" pour que son imagination fasse d'elle-même le travail de placer le commissaire au milieu du décor...

Permettez-moi ici de citer Michel Carly, dans son ouvrage "Maigret, traversées de Paris":

"Paris chez Simenon n'est pas un décor, c'est une respiration, une présence familière et apprivoisée. [...] Le Paris du commissaire est la géographie de l'écrivain, privée, émotive, subjective, sensorielle. Poétique de l'espace, rapports affectifs. Un Paris à la fois réinventé et simplifié [...]. Rarement une ville et un personnage littéraire ont à ce point fusionné. L'un s'identifie à l'autre. "

J'aimerais faire ici une "mini-analyse" des rues parisiennes citées par Simenon dans les Maigret.

Mon analyse sera surtout quantitative, d'autres s'étant déjà attelés à une tâche plus sémantique (voir cet article déjà cité, et celui-ci). Pour mon analyse, j'ai procédé de la manière suivante: j'ai compté, non pas le nombre de fois qu'un nom de rue apparaît dans le corpus, mais le nombre de romans (je n'ai pas pris en compte les nouvelles) où ce nom apparaît au moins une fois, qu'il soit simplement cité, ou qu'il soit un des lieux où se déroule l'action. J'ai relevé ainsi 317 noms de rues, dont 154, soit près de la moitié, ne sont citées que dans un seul roman, mais qui peuvent être néanmoins un lieu important dans le roman en question (ainsi, la rue Saint-Dominique où habite le comte de Saint-Hilaire dans VIE, ou la rue Lhomond où se situe le meublé de Mlle Clément dans MEU, ou encore la rue Fortuny où se trouve la maison de rendez-vous de Madame Blanche dans VIN). 50 rues, soit 16% du total, ne sont citées que dans deux romans (par exemple, la rue Chaptal, théâtre de l'action dans PRE, est aussi citée dans PAT, ou la rue de la Lune, où se trouve le premier domicile d'Ernestine dans GRA, et citée dans BAN comme étant la rue où Thouret achetait des gaufres). Voici un tableau qui résume cette analyse, dans lequel sont mentionnées toutes les rues citées, dans au moins trois romans (précisons que je n'ai pas pris en compte dans cette analyse le Boulevard Richard-Lenoir, ni le Quai des Orfèvres, parce qu'il me semblait que des deux noms sont plus des symboles (du bureau et du domicile de Maigret) que véritablement une description d'une rue):

Si l'on posait la question au Maigretphile averti, de savoir quelle est la rue la plus fréquemment citée dans le corpus, il est possible que celui-ci aurait répondu, à vue de nez, une rue typique de Montmartre. Et voilà qu'une surprise nous attend: la rue citée dans le plus grand nombre de romans est... l'avenue des Champs-Elysées (citée dans 34 romans), ce symbole mythique de Paris, qui mène de la place de la Concorde à l'Arc de Triomphe. C'est parfois un lieu d'enquête (en particulier dans les grands palaces qui les bordent, avec entre autres le légendaire Majestic), mais c'est aussi un lieu de passage pour se rendre dans les "beaux quartiers".

La deuxième rue la plus souvent citée (dans 26 romans) est le boulevard Voltaire. En fait, ce lieu est le plus souvent mentionné comme la rue qui mène du domicile de Maigret à son bureau; c'est plus un trajet qu'un endroit où il se passe quelque chose. Il est d'ailleurs à remarquer que cette rue n'est mentionnée qu'à partir de la période Gallimard, et c'est surtout dans la période Presses de la Cité qu'on la trouve, au moment où, dans le corpus, le domicile de Maigret prend plus d'importance. Notons aussi que c'est là que se trouve le domicile du Dr Pardon, au moins dans certains romans.

La troisième rue citée (dans 21 romans) est le boulevard Saint-Michel. Là aussi, c'est surtout un lieu de passage, qui permet à Maigret de se rendre depuis le Quai des Orfèvres jusque dans les quartiers de la rive gauche. Le boulevard Saint-Michel s'ouvre sur le pont Saint-Michel, le pont que Maigret voit depuis son bureau, et dont il contemple si souvent l'animation des passants et la Seine qui coule au-dessous.

Les deux rues suivantes sont mentionnées l'une et l'autre dans 19 romans: il s'agit de la rue Lepic et de la rue Notre-Dame-de-Lorette. Cette fois, nous sommes bien à Montmartre, un des quartiers de prédilection des enquêtes de Maigret.

La rue Saint-Antoine, qui borde la place des Vosges, est mentionnée dans 18 romans. On retrouve ici un autre quartier dans lequel Maigret enquête souvent, que ce soit dans un des immeubles de la place des Vosges, ou dans une des rues alentour (l'affaire Steuvels rue de Turenne dans MME, ou les Polonais de la rue de Birague, par exemple).

Deux rues sont mentionnées dans 17 romans: d'une part, le boulevard Saint-Germain, rue emblématique de la rive gauche, et d'autre part, la rue Saint-Honoré, rue des boutiques de luxe qui passe près de la place Vendôme et mène au Louvre.

On retrouve ensuite Montmartre avec la rue Caulaincourt (mentionnée dans 16 romans), domicile de bien des jeunes femmes et jeunes filles croisées par Maigret (par exemple, Mlle Berthe dans ber, Annette Duché dans CON, Mlle Vague dans HES), et rue qui mène à la place Constantin-Pecqueur, chère à l'inspecteur Lognon.

Mentionnées dans 15 romans, voici d'une part la rue Fontaine (toujours Montmartre), rue des cabarets de Pigalle (celui de Manuel Palmari, ou celui de Maurice Marcia dans IND, par exemple); et d'autre part la rue de Ponthieu, parallèle aux Champs-Elysées, formant comme l'"envers du décor" de la grande avenue parisienne.

On trouve ensuite deux rues mentionnées dans 14 romans, menant l'une et l'autre au quartier de Pigalle: le boulevard des Batignolles et le boulevard de Rochechouart.

On retrouve ensuite le centre historique avec la rue de Rivoli (13 romans), qui borde les Tuileries; puis c'est les alentours du carrefour de l'Etoile avec l'avenue de Wagram (12 romans); ensuite, c'est de nouveau Montmartre avec la rue de Douai (11 romans), et la rue Montmartre (10 romans). Enfin, c'est le quartier du domicile de Maigret qu'on parcourt avec trois rues mentionnées dans 10 romans: le boulevard Beaumarchais, la rue du Chemin-Vert et la rue Picpus.

En résumé, on pourrait dire que les rues les plus souvent citées dans les romans du corpus Maigret se regroupent dans cinq zones principales: le quartier de Montmartre; les alentours des Champs-Elysées et de la place de l'Etoile; la rive gauche et Montparnasse; le "centre historique" de Paris, entre le Ier et le IVe arrondissements; et le quartier de la Bastille, avec les alentours du Boulevard Richard-Lenoir.

L'observation se recoupe lorsqu'on fait une analyse avec les noms des places mentionnées dans les romans:

Sur 34 noms de places citées dans le corpus, on trouve dans 19 romans la place de la République (qui forme un des angles du quartier du domicile de Maigret), dans 17 romans la place de Clichy (Montmartre), dans 16 romans la place de la Bastille (un autre angle du quartier du Boulevard Richard-Lenoir), dans 14 romans d'une part la place Blanche (un autre endroit "phare" de Pigalle), et d'autre part la place des Vosges (de façon évidente), puis dans 13 romans la place de l'Etoile (au bout des Champs-Elysées), dans 11 romans d'une part la place Pigalle, et d'autre part la place Vendôme, au cœur du Paris historique et symbole de richesse avec ses boutiques de luxe.

Ainsi, le Paris symbolique, mythique et simenonien se résume en l'évocation de quelques noms de rues, dont la mention suffit au lecteur, même s'il ne s'est jamais rendu dans cette ville, pour s'en faire une représentation qui doit correspondre à l'image que Maigret a de "sa" ville, répartie en quartiers dont les spécificités recoupent celles de leurs habitants...

3. Réminiscences

Une fois de plus, j'aimerais terminer ce texte par une traditionnelle petite "chasse aux réminiscences":

* "Par la fenêtre ouverte, on entrevoyait parfois la lune entre deux nuages noirs qu'elle bordait un instant de blanc." (chapitre 1); "Une grosse lune, teintée de rose, les regardait marcher." (chapitre 5)

Si Simenon excelle à nous brosser de petits tableaux impressionnistes et colorés de Paris grésillant sous le soleil, il sait aussi manier le pinceau du peintre romantique en décrivant avec poésie un paysage lunaire:

"Il y avait une grande flaque de lune au milieu du bassin." (REN)

"L'argent liquide de la lune" (amo)

"Dehors, la nuit noire, avec un rayon de lune qui soulignait le romantisme d'un ciel chargé de lourds nuages au lieu de l'éclairer" (JAU)

"A regarder le bout du toit et la cheminée qui émergeaient de la verdure dans la lueur pâle de la lune." (DAM)

"Le ciel, où passaient des nuages sur un fond baigné de lune, avait des pâleurs équivoques." (OMB)

"Une énorme lune nageait au-dessus des peupliers sans feuilles et rendait le ciel si clair que les moindres branches s'y dessinaient et que la Loire, au-delà du tournant, n'était qu'un grouillement de paillettes argentées."(MAI)

"Une lune énorme et plus brillante que d'habitude flottait au-dessus du dôme verdâtre de l'Opéra" (MOR)

* la scène, au chapitre 1, où Maigret est convoqué dans le bureau du Préfet, et où il use de sa pipe comme d'un "instrument de protestation" nous rappelle une scène semblable qui s'est jouée dans le bureau du juge Coméliau dans Maigret et le corps sans tête

* l'inspecteur Barnacle, qui aide Maigret en prenant des photos de Nicole Prieur, nous rappelle un peu, par son allure, l'inspecteur Lognon

* enfin, la description de Maigret faite par Nicole Prieur dans sa déposition: "un homme [...] assez grand, large d'épaules, le visage massif" n'est pas sans nous rappeler l'"homme aux larges épaules" décrit dans GAI; on notera enfin la touche d'humour dans cette description faite par l'auteur de son personnage, qui lui-même ne manque pas du sens de l'autodérision, lorsqu'il se décrit lui-même au chapitre 5: à Marcel Landry qui lui demande si lui et Mme Maigret savent danser, Maigret répond:

"- Nous dansons tous les deux, eh! oui... Cela vous surprend ?

- Un peu... Je ne vous ai jamais vu sur une piste de danse, et la réputation qu'on vous fait...

- Celle d'un gros balourd qui tète sa pipe, l'air grognon..."

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links